Ballonnement

Objectif : Zéro Ballonnement !

Rate this post

La première étape vers un ventre plat.

S’il est un désagrément qui semble toucher nombre de nos contemporains, c’est bien les maux de ventre. Le terme peut-être vague et à la fois très précis, lorsque nous commençons à nous focaliser sur le centre névralgique que sont nos organes vitaux liés à la digestion, bien souvent le bât blesse.

Nous allons donc nous recentrer et cibler dès aujourd’hui notre attention sur les causes et moyens à notre disposition pour limiter voire éliminer ces ballonnements source de nos désagréments quotidiens.

Pourquoi et comment se forment les gaz intestinaux ?

Ces gaz produits indifféremment dans l’estomac ou les intestins sont appelés flatulences (1), ou encore météorisme. Et ce mot semble prédestiné car s’il est bien une partie du corps qui fait la pluie et beau temps de notre bien-être, c’est bien le ventre, notre « second cerveau ».

Le terme couvre l’accumulation de gaz qui provoquent des ballonnements gastriques et intestinaux expulsés de façon volontaire ou involontaire par la bouche ou l’anus. L’abdomen peut devenir gonflé et douloureux : lorsque survient un trouble transitoire dont tout le monde fait plusieurs fois l’expérience dans sa vie, c’est à dire surtout après avoir abusé des plaisirs de la table et des boissons gazeuses !

Si ce trouble est récurrent et s’accompagne de troubles du transit – tantôt ralenti, tantôt accéléré – il peut s’agir d’une colopathie fonctionnelle ou du syndrome du côlon irritable.

Outre la dimension naturelle du phénomène, puisqu’une personne normalement constituée produit entre 0,6 et 1,8 litre de gaz par jour, il est logique de se demander d’où ils émanent !

Ils proviennent en très grande majorité de l’air que nous inspirons, et une quantité minime est produite par l’organisme lors de la digestion : moins de 1% (2). Et c’est au cours de notre sommeil que nous évacuons le plus de flatulences.

Ce petit pourcentage est le résultat de la fermentation des matières ingérées pour nous alimenter, et il est principalement dû à la décomposition des protéines complexes telles que les légumes secs, les viandes rouges, le lactose et le fructose, et la majorité des féculents excepté le riz.

Les causes des ballonnements

Constipation

La constipation peut être une des causes de ballonnements. Elle est bien souvent taboue mais elle concerne une personne sur cinq en France. La majorité des personnes qui en souffrent sont des femmes (à 80%) et les personnes âgées.

Psychosomatique pour certains, elle est héréditaire pour les autres… Caractérisée par un ralentissement du transit voire une incapacité à évacuer les selles, ses causes sont multiples :

  • sédentarité
  • mauvaise alimentation
  • perturbation du réflexe de défécation
  • dystonie neurovégétative
  • fissure anale
  • poussée d’hémorroïdes
  • etc.

Les ballonnements en sont une des conséquences.

Le riz et autres aliments qui freinent le transit sont alors déconseillés, et il vous faudra boire beaucoup d’eau plate entre les repas (en particulier celles riches en magnésium comme Hépar et Courmayeur).

Misez sur une alimentation plus riche en légumes verts, en fruits frais, en pruneaux sous toutes ses formes (jus, compotes, fruits secs). En revanche, mieux vaut ne pas abuser des laxatifs qui peuvent finir par irriter davantage le côlon. Leur prise doit donc rester ponctuelle.

Alimentation

Chewing-gumParmi les causes plus anodines des gonflements intestinaux, mastiquer des chewing-gums, friandises et bonbons trop fréquemment est le meilleur moyen d’avaler une grande quantité d’air.

De plus ils contiennent bien souvent du sorbitol et du fructose qui favorise la production de spasmes intestinaux. Il va donc falloir vous débarrasser de cette habitude.

La consommation quotidienne d’excitants tels que le café, et l’alcool ont également un effet néfaste sur la production de gaz par le système digestif.

Manger lorsque vous êtes contrarié ou pressé contribue aussi à entretenir le gonflement de votre ventre.

Au cours de vos repas, il va de soi que vous devez éviter au maximum de trop parler, d’utiliser une paille pour boire, de consommer de l’eau ou des boissons gazeuse et pire encore de boire à la bouteille.

Boire des boissons chaudes à petites gorgées est aussi mauvais pour soulager votre ventre gonflé après les repas : attendez qu’elles soient tièdes pour les boire normalement.

La consommation de légumes secs avec comme les flageolets, les lentilles, le soja sont à proscrire et à réintroduire après amélioration et très progressivement. Certaines techniques de préparation de ces aliments peuvent réduire les effets de production de gaz, tel le trempage des haricots dans l’eau pour au moins quatre heures pour ensuite les égoutter et les rincer à fond avant de les faire cuire dans de l’eau fraîche.

Les viandes rouges augmentent également la production de flatulences, ainsi que les légumes comme les crucifères : choux en tous genres, brocolis… Evitez également les excès de crudités et de fruits, ainsi que les fibres qui vont stimuler la production de gaz par les bactéries du colon.

Voici les aliments à éviter :

  • Les prunes, bananes, pomme, poires, agrumes, les figues et les dattes
  • Les haricots secs, lentilles, pois chiches
  • Le son d’avoine (désolé monsieur Dukan…), l’orge
  • Les aliments riches en fructose : miel, confiture, caramel, chocolat, fruits secs

Intolérances

Intolérance au lactoseDe nombreux problèmes de ballonnement proviennent d’une intolérance au lactose. Elle touche près de 70% des adultes à l’échelle mondiale à des degrés divers.

Ces individus ne produisent pas ou trop peu d’enzyme lactase qui est nécessaire à la digestion du lactose, le sucre présent dans le lait.

Faites le test : à jeun, prenez un grand verre de lait et attendez une heure. Si vous êtes incommodé, c’est que vous ne digérez plus les protéines du lait. Gérer la consommation de produits laitiers pourra vous aider en évitant le lactose pour une période de 10 jours pour clarifier le rôle du lactose dans vos symptômes liés aux gaz. Vous devrez par la suite adapter votre régime !

Le fructose contenu dans le miel, la confiture ou les barres chocolatées augmentent également la production de gaz.

Stress et anxiété

Sachez que chasser le stress de votre vie ne pourra qu’être salvateur, car il provoque des contractions anarchiques de l’intestin, ce qui gêne l’évacuation des gaz et favorise donc les ballonnements et gaz.

Et s’il est une méthode efficace pour chasser les stress, c’est bien d’avoir une activité sportive régulière, quelle qu’elle soit, tant qu’elle vous convient et que vous la pratiquez régulièrement.

La cigarette

Le fait d’inspirer de la fumée a forcément un impact néfaste sur l’absorption d’air…

L’aérophagie

Au sens littéral du terme, cela signifie que vous mangez de l’air. Ce phénomène physiologique désigne la déglutition d’une grande quantité d’air qui pénètre dans l’œsophage et l’estomac. Lorsqu’elle est excessive, elle peut devenir gênante et engendrer des flatulences et une sensation de ballonnement, des douleurs digestives, des hoquets, des éructations.

Pour pallier à une aérophagie ponctuelle, un massage abdominal peut être pratiqué. Bien souvent liée au stress, et à une mauvaise alimentation ainsi qu’à la nervosité, il est facile de l’éliminer en respectant certaines règles que nous allons vous énumérer dans le paragraphe suivant sur les astuces anti-ballonnement (3). On raconte également que c’est la maladie des gens qui parlent en mangeant !

L’aérogastrie

Cette dénomination est plus ciblée et concerne la présence d’air dans l’estomac, on l’appelle également ballonnement abdominal. L’organe distendu devient souvent douloureux à la suite d’un repas trop riche en graisses et en sucres (4). Un malheur n’arrivant jamais seul, il peut bien entendu se combiner avec l’aérophagie !

Autres Causes

L’aéroiléie

Bien plus grave que l’aérophagie ou l’aérogastrie, l’aéroiléie se caractérise par le stockage voire le blocage de l’air au niveau de l’intestin grêle. Ce type de problème survient lorsque l’on fait une occlusion intestinale.

L’occlusion intestinale peut-être causée par un calcul, ou une tumeur qui obstrue l’intestin, ou encore par strangulation c’est-à-dire une hernie ou une torsion de l’intestin en question. Là, nous ne sommes d’aucun secours, puisque cela relève de la chirurgie : il faut immédiatement consulter un médecin en urgence. Les symptômes en sont des douleurs, des vomissements, diarrhées ou constipation (5).

L’aérocolie

L’aérocolie est due aux gaz fabriqués en trop grande quantité dans le gros côlon, entraînant l’augmentation de son volume. Elle peut se traduire par des flatulences, et un inconfort allant jusqu’aux spasmes douloureux.

Si elle peut être provoquée par les bactéries normalement présentes, les infections intestinales, les pullulations bactériennes et les gastro-entérites au début en sont bien souvent également la cause (6).

Pathologies sous-jacentes

  • Maladie de Crohn
  • Cirrhose
  • Ulcère
  • Cancers : foie, estomac ou côlon

Toutes les astuces anti ballonnement

Tisane de romarinVous avez remarqué que la plupart des conseils pour éliminer ce type de problèmes vous recommandent de ne surtout pas manger ceci ou cela, ne surtout pas faire ainsi. Bref, défrayons la chronique, parlons de ce que vous pouvez faire !

Pour commencer, il faut manger assis et lentement. Il est crucial de bien mâcher les aliments en fractionnant les grosses bouchées fait partie de la prévention de base. Contrôlez votre régime en réduisant les sucres et les graisses, afin de régulariser les choses rapidement, avec ou sans un traitement absorbant que vous pouvez demander en pharmacie comme le charbon actif.

Vous pouvez également essayez les huiles essentielles d’estragon, de basilic ou de menthe poivrée et les appliquer sur le ventre en massages circulaires dans le sens des aiguilles d’une montre.

De plus, certains problèmes peuvent avoir des effets insoupçonnés comme par exemple traiter  un écoulement post-nasal…

Voici quelques aliments à privilégier :

  • Les protéines peu grasses telles que les volailles, le poisson, les œufs
  • L’artichaut, le fenouil, la salade, les épinards ou l’avocat
  • Les cerises, les fraises, la papaye, l’ananas, le raisin, la framboise, le kiwi ou le melon
  • Les féculents comme le son de blé, le riz brun, le boulgour, le quinoa, le seigle, le maïs entier et l’épeautre
  • Ajouter des épices telles que le cumin, la coriandre, la cannelle ou encore l’aneth
  • Les tisanes peuvent également vous aider : thym, anis vert, menthe poivrée ou romarin

Si dans un premier temps vous décidez de supprimer les aliments générateurs de gaz, il serait dommage de perdre le bénéfice de leurs fibres et leur important contenu nutritif.

Essayez plutôt de les manger en plus petites quantités tout au long de la journée et augmentez graduellement leur consommation, selon ce que vous arrivez à tolérer.

La permanence des ballonnements et des flatulences malgré une diététique correcte doit cependant vous amener à consulter votre médecin si vous ne constatez pas d’amélioration rapide à vos problèmes de maux de ventre et de ballonnement.

 

Références

  1. Wikipédia, Flatulence
  2. Société gastro-intestinale, Gaz intestinaux
  3. Wikipédia, Aérophagie
  4. Homéopathie.com, Aérogastrie
  5. Santé pour tous par le Dr Dubos, Ballonnements abdominaux
  6. Vulgaris medical, Aérocolie

Leave A Response

* Denotes Required Field